L’actualité de la baisse des dotations de l’Etat (contre laquelle notre maire se bat) démontre bien la volonté, aux plus hauts échelons, de réduire le nombre de communes en France. D’ailleurs, l’actualité du Dunkerquois, avec le rapprochement de trois petites communes qui a été repris récemment par la presse, démontre bien que le sujet est brûlant.

  • Nous profitons de ces quelques lignes pour ré-affirmer, en ce qui nous concerne :
  • La commune est l’échelon local de proximité par excellence et nous ferons tout pour garder l’autonomie et l’indépendance de Coudekerque-Branche
  • La taille démographique de Coudekerque-Branche (2ème commune de l’agglomération dunkerquoise) ferait que, dans certains départements moins peuplés que celui du Nord, elle serait sous préfecture, voire préfecture ! Il n’est donc pas question pour nous de céder aux sirènes d’une quelconque fusion.
  • Notre maire, comme vous le savez, est très attaché à la concertation. Si un jour l’Etat exigeait, par la loi, des rapprochements de communes, il n’est pas question pour nous de l’envisager sans un referendum auprès de la population. Fusionner en tournant le dos à sa population n’est pas envisageable pour l’équipe municipale.
  • Nous sommes favorables à une intercommunalité très forte, ce qui est le cas de celle du Dunkerquois et donc il n’est pas question puisqu’il y a une intercommunalité très forte, d’avoir besoin d’une commune unique.
  • C’est donc à l’échelon de cette intercommunalité très forte qu’il nous faut nous battre pour une meilleure répartition des dotations (ce que le maire a déjà commencé à faire, fidèle à son engagement électoral l’année dernière) et ce, afin de donner les moyens à notre commune de continuer à pouvoir offrir des services de qualité et de proximité à la population.

Nous défendrons toujours l’identité de Coudekerque-Branche car nous sommes convaincus que c’est la commune qui permet le mieux de vivre ensemble et c’est la commune qui permet le mieux de s’épanouir en ville.